Février 1927, 2ème année du Showa, les étudiants de l'organisation l'Usui Reiki Ryoho Gakkaï érigent une stèle en mémoire de Mikao Usui Sensei au cimetière public de Saihô-ji. Composée par Okada Mazayuki, docteur en littérature et calligraphiée par Juzaburo Ushida, Contre-amiral, la stèle gravée en vieux Japonais retrace sa vie.

Proche du Temple de Saihô-ji, Koke dera (Temple des mousses), elle est située au 1- 4 56 Umesato, Suginami Ku, municipalité de Toyotama, Tôkyô. Le temple est placé sous l'autorité de la secte "Rinzai-shu", une des écoles du bouddhisme Zen, où les enseignements alternent entre la pratique de zazen, l'étude des koan et le travail physique. Un vaste parc naturel l’enveloppe, une partie étant consacrée au cimetière.

Voir les photos de Saihô-ji où Usui sensei repose

Photo prise lors de mon voyage au Japon au mois de septembre 2017.

Traduction de l'exemplaire de Kondo Masayoshi Sensei, 7ème Président de l'Usui Reiki Ryoho Gakkai du Japon.

Même si, à ce jour, il existe d'autres traductions plus adaptées à notre mentalité occidentale, j'ai préféré conserver la traduction Française de Pascal Treffainguy d'après la traduction anglaise, assez littérale, d'Emiko Arai et de Richard Rivard datant de 1998 ; celle que je partage depuis 2002 ...

Épitaphe : "Reiho Choso Usui Kudoku No Hi", mémorial au bienfaiteur Maître Mikao Usui, Fondateur du Reiki

Est appelée "Toku", la qualité mentale obtenue par la culture et l'entraînement scolaire (la bonne moralité); cependant " Ko ", la véritable réalisation, n'est obtenue qu'en incarnant soi-même les principes moraux Bouddhiques pour les mettre au service de tous les êtres et les sauver de la souffrance. Seule une personne qui a une haute conscience morale et qui dans toutes ses actions la met en oeuvre peut-être appelée un Maître et un guide spirituel. Depuis les temps anciens, seul les grands philosophes, les bons génies et les gens intègres peuvent se réclamer de ce titre. On peut donc affirmer sans se tromper que Maître Usui était l'un d'entre eux.

Le vénérable Usui a initié une méthode permettant de soigner corps et esprit comme un tout, en utilisant l'intelligence cosmique et son pouvoir. Il est singulier que les gens qui avaient simplement ouïe-dire de la réputation d'Usui - ou qui voulait apprendre sa méthode - venaient de partout. C'était vraiment incroyable.

Le nom usuel du Maître était Mikao et son nom spirituel Gyoho. Il était né dans le village de Tanai-Mura, dans le district de Yamagata (préfecture de Gifu). Le nom de ses ancêtres était Tsunetane Chiba. Le nom de son père était Uzaemon, celui de sa mère Kawai. Maître Usui était né la première année de la période Keiō (1865 à 1868), le 15 août 1865. D'après ce que nous savons, il fut un écolier sérieux, doté de qualités vraiment supérieures.

A sa majorité, il voyagea en Europe, en Amérique et en Chine. Il espérait avoir une vie réussie matériellement, ce qu'il n'obtint jamais. Souvent, il s'était même retrouvé dans la gêne et la malchance. Toutefois, il ne renonçait pas et continuait tout simplement à étudier de plus en plus.

Un jour, il alla à Kurama Yama pour pratiquer le "Shyu-gyo", une célèbre pratique ascétique de jeune. Au début du 21ème jour, il obtint une influence spirituelle très forte au-dessus de lui et obtint la réalisation du sens de la voie bouddhique. Cette influence se manifesta tout de suite en tant que pouvoir de guérison miraculeuse (Ryoho). Il essaya d'enseigner cette méthode à tout le monde et non pas de la garder traditionnellement comme un secret de famille. Pour cela, Mikao Usui déménagea à Harajuku; Aoyama - Tokyo. Il fonda une société d'étude (Gakkaï) en Avril 1922. De nombreux étrangers y demandèrent la guérison et la guidance spirituelle, campant même près du bâtiment.

En 1923, il y eut beaucoup de blessés et de malades suite au tremblement de terre qui déclencha des incendies gigantesques. Usui était très inquiet et passait sa journée à aider et soigner les gens. On ne peut imaginer le nombre incroyable de personnes qu'il traita et sauva de la mort. Il déploya une immense compassion et offrit ses mains avec un tel amour ! Généralement, il était toujours ainsi, plein d'amour.

Après cela, l'école de Reiki devint bien trop petite. En 1925, il fit construire un nouveau bâtiment à Tokyo et y emménagea. Comme il était devenu célèbre, il était invité partout au Japon. Il alla ainsi à Kure, Hiroshima, Saga et Fuku-Yama. Lors de ce dernier voyage, il tomba mystérieusement malade et mourut rapidement. Il avait 62 ans. Sa femme venait du clan Suzuki, son prénom était Sadako. Ils eurent un garçon et une fille. Son fils a perpétué le nom d'Usui par la suite. Maître Usui était un homme sensible, gentil et humble. Cependant, quand quelque chose arrivait, il déployait une force et une fermeté surprenantes.

L'histoire, les biographies de maîtres et d'hommes célèbres du passé, la théologie, le canon bouddhique, les techniques initiatiques et Yogiques, l'exorcisme, la magie invocatoire chinoise, la psychologie et la physionomie, les sciences divinatoires et le Yi-King, en fait, seule sa culture universelle et sa capacité à expérimenter lui-même les enseignements expliquent le fait qu'il a pu obtenir la clef du Reiho. Tout le monde sera d'accord avec cette analyse.

Avec le recul, le Reiho ne proposait pas seulement de soigner les maladies, mais aussi de travailler sur la nature de l'esprit en prenant pour base le corps. Ainsi, Mikao Usui espérait que les gens puissent expérimenter le bonheur de vivre. Lorsque les étudiants commençaient le Reiki, on leur enseignait en premier le code de conduite formulé par l'Empereur Meiji et on répétait matin et soir sous la forme d'une chansonnette qui nous permettait de garder à l'esprit les cinq principes suivants :

1. nous disons, aujourd'hui pas de colère ;
2. nous disons, aujourd'hui pas de souci ;
3. nous disons, aujourd'hui de la gratitude ;
4. nous disons, aujourd'hui travaillons avec honnêteté ;
5. nous disons, aujourd'hui soyons bons envers tous.

C'est vraiment quelque chose d'important. De la même façon les saints et les sages se sont disciplinés depuis les temps anciens. Maître Usui l'appelait " la méthode secrète pour attirer le bonheur ", " le remède spirituel à toutes les maladies " pour résumer son enseignement. Son intention était que la méthode soit la plus simple possible et la plus aisée à comprendre. Il disait : " Chaque matin et chaque soir, assis dans le silence, joignez les mains en prière et chantez les préceptes. Un esprit purifié et sain en résultera ".

C'est là le véritable but de cette pratique. C'est aussi pour cela que le Reiho devint si célèbre. Depuis quelques temps, le monde est en mutation. Si le Reiho peut être diffusé à travers le monde, il sera une aide pour les gens dont l'esprit est devenu confus et qui se détruisent dans l'inconduite spirituelle. A coup sûr, le Reiho n'est pas seulement un moyen de traitement des maladies chroniques et des mauvais penchants.

Le nombre d'étudiants d'Usui est de plus de 2000. Des étudiants plus avancés continuent à animer le centre d'enseignement et de nouveaux lieux s'ouvrent dans toutes les provinces du Japon, tachant de répandre au mieux le Reiho.

Bien que Mikao Usui ait maintenant trépassé, le Reiho continuera à se répandre et à être connu dans le futur. Ah ! Quelle grande chose le Maître Usui nous a légué et a partagé avec nous ce Reiho.

Ses étudiants se sont regroupés pour célébrer sa mémoire et ériger cette stèle au temple de Saihoji, dans le district de Toyotama, afin que les générations futures sachent ce que Maître Usui a fait avec bénévolat et que le Reiho continue à être enseigné dans le futur.

Parce que j'apprécie profondément le travail de Maître Usui et que j'ai été ému par la volonté de ses élèves d'honorer ainsi leur Maître défunt, on m'a choisi pour écrire ces mots. J'ai accepté cet honneur et de la sorte, j'espère sincèrement que les gens n'oublieront pas de penser à Maître Usui avec respect.

Février, 2ème année du Showa (1927)

Rédigé par Okada Mazayuki, docteur en littérature.
Ju-sanmi (3ème grade)
Kun-santo (3ème ordre du mérite)

Calligraphié par Juzaburo Ushida, Contre amiral.
Ju-sanmi (3ème grade)
Kun-santo (3ème ordre du mérite)
Ko-yonkyu (valeureux 4ème classe)

Inscription Infolettre