Un article de presse de 1986 sur le Reiki


Ecouter en mp3 (Voix de synthèse)

En avril 1986, un petit magazine japonais, " Twilight Zone ", publiait un article intitulé " A la recherche des racines du Reiki ", écrit par la journaliste Shiomi Takai.

Les sous-titres sont :

" Quel est le style de traitement du Reiki développé par Mikao Usui ? " et " Le Reiki est exporté du Japon en Amérique ". Voici le texte en français et une copie du texte original japonais.

Cliquez sur les images pour les agrandir

Cliquez sur l'image pour l'agrandir   Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cliquez sur l'image pour l'agrandir   Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Traduction

Actuellement, l'Amérique connaît un boom tranquille de la technique de soin appelée Reiki. Elle met en œuvre l'énergie du cosmos. Cette méthode est née au Japon. Elle y a été également réimportée. Notre reporter est parti à la recherche de ses racines secrètes. Le traitement Reiki : soigner en fixant un point de la surface du corps, purifier les aliments et l'eau.

Je suppose que de nombreux lecteurs sont déjà familiarisés avec les traitements mettant en œuvre l’énergie universelle depuis que nous en avons traité deux fois dans nos éditions de septembre 1984 et juillet 1985. J’ai eu la chance d’interviewer Mme Mitsui Mieko Senseï, maître de Reiki, qui est rentré des Etats Unis depuis décembre 1985.

Elle dit : « En 1978, je suis partie aux Etats Unis. J’étais éditeur, au sein d’une grosse maison d’édition, et je travaillais 365 jours par an. J’en avais assez, aussi, j’ai décidé de partir et de me concentrer sur la connaissance de soi. Je me suis sentie concernée par la santé depuis l’enfance et j’ai rencontré le Reiki au moment de ma vie où j’étais épuisée par des années de travail intensif et un mode de vie ingérable. Alors, merci au Reiki ! Je fais grâce au Reiki l’expérience d’une vie sans souffrances corporelles ».

Depuis Mitsui Sensei a étudié avec enthousiasme l’art du Reiki. Après six mois de cours et de pratique, elle a atteint le degré de maître. On m’a dit que c’était vraiment rapide, comparé aux Américains qui étudient le Reiki. Mme Mitsui a deux motifs pour revenir au Japon : le premier est son souhait de se familiariser à la pratique du Reiki tel qu’il est pratiqué au Japon ; le second est de retrouver les racines du Reiki.

Selon la plaquette publiée par l’Association Américaine de Reiki (ndt : l’A.I.R.A., fondée par Barbara Weber Ray, élève de Mme Takata - dans cette école le Reiki porte le nom « The Radiance Technique »), le créateur du Reiki est un Japonais, Mikao Usui.

Le Reiki a été amené aux Etats Unis par Hawayo Takata, une « Nisei » (japonaise émigrée de seconde génération), originaire d’Hawaï. Le Dr Barbara Ray, le professeur de Mme Mitsui, affirme avoir été initiée au Reiki par Mme Takata. Bien que le Reiki soit originaire du Japon, rares sont les informations le concernant qui aient été rendues publiques. Comme elle était née au Japon, Mme Mitsui se sentit investie de la mission de retrouver les racines du Reiki dans sa mère patrie. Mme Mitsui se saisit de deux éléments de l’histoire du Reiki, qu’elle exploita lors de son retour au Japon en décembre (1985).

La première était l’adresse du sanctuaire familial des Usui ; la seconde était un petit livre et un certificat donnés lors des séminaires de Reiki donnés par Mikao Usui à travers le Japon. Lorsqu’elle visita le temple de Saiho-ji, en banlieue de Tokyo (Nakano), elle fit la découverte de la grande tombe de Mikao Usui, sur laquelle une longue inscription figurait.

Mitsui Sensei demanda au temple qu’on lui communique l’adresse de sa famille et s’y invita. Malheureusement, elle refusa de la rencontrer. Elle n’entendit qu’une faible voix dans l’interphone, celle de la femme du défunt Fuji, le fils de Mikao Usui (ndt : la famille tient un commerce de grain de nos jours, seul l’arrière petit fils de Mikao Usui pratique le Reiki). A vrai dire, Mikao Usui avait coupé les liens avec sa famille. L’employé du temple indiqua à Mme Mitsui que tous les 9 de chaque mois, des fleurs sont déposées sur sa tombe, mais personne n’en connaît le donateur.

Par chance, Mme Mitsui fit la connaissance d’une personne directement en relation avec Mikao Usui, alors qu’elle donnait un séminaire de Reiki à Shizuoka. M. Mochizuki, un habitant de cette ville, était un des participants du séminaire. Son père adoptif, Monsieur H.I (l’anonymat est demandé) avait reçu l’enseignement du Reiki et un diplôme l’autorisant à pratiquer de Fumio Ogawa sensei, membre de la Usui Reiki Ryohô Gakkaï (le continuateur direct de la Fondation Usui originelle). Monsieur H.I était le directeur d’une école élémentaire, et c’est parce qu’il était particulièrement dévoué à ses élèves et conscient de l’importance de l’éducation qu’il avait entrepris d’apprendre le Reiki. Le manuel de soin dont il offrit une copie à Mme Mitsui se composait d’un guide thérapeutique, de la doctrine du Reiki (les Principes) et de poèmes de l’empereur Meiji. Dans le manuel de soin, tous les traitements sont décrits dans le détail, comment soigner les maladies digestives et le système nerveux, etc.

Aussi, j’ai décidé de suivre la trace de Mikao Usui sur les pas de Mme Mitsui, qui retournait aux Etats Unis. J’ai alors contacté Monsieur Mochizuki et j’ai été présentée à Monsieur Fumio Ogawa, qui vit à Shizuoka. Son père âgé, Monsieur Kyozo Ogawa, avait été un des dirigeants de l’Usui Reiki Ryoho Gakkai, selon le manuel de soin dont il est question plus haut. Kyozo, élève direct de Mikao Usui, avait enseigné son fils au Reiki, et lui avait remis un certificat attestant sa réussite aux divers degrés de la méthode au Japon.

Quelle fut ma surprise lorsque Fumio m’indiqua avoir reçu le « Reiju », « l’initiation à la force du cosmos » inconnue alors en Occident, et reçu un certificat d’aptitude à le transmettre par son père Kyozo. Reiju était un mot que je n’avais jamais entendu auparavant. Les degrés du Reiki aux Etats Unis sont accessibles à tout le monde. Le premier concerne les débutants ; le second comprend le soin à distance ; et le dernier degré, en deux étapes, permet d’enseigner le Reiki. Lorsque quelqu’un a terminé ce cursus, il peut être appelé « maître de Reiki ».

L’école de Mikao Usui était beaucoup plus exigeante. Les cours comportaient six degrés. A partir du quatrième, l’étudiant avait accès à l’Okuden-zenki et à l’Okuden-koki. Après cela, seuls certains étaient aptes au niveau Shinpiden. Dans ce lot, un tout petit nombre recevait le Reiju.

Le sens du mot Reiju est difficile à saisir avec exactitude à partir de son idéogramme chinois ; mais ce qui est sûr, selon ceux qui le pratiquent, est qu’il ouvre un circuit interne (formé des méridiens gouverneur et conception) à la force de l’univers. (ndt : c’est en fait Eguchi qui serait à l’origine de cette initiation ; fort de sa connaissance des alchimies taoïstes chinoises et des techniques d’ouverture de « l’orbite mircro-cosmique », il aurait créé ce rite avec Mikao Usui ; les rituels des initiations occidentales résultant de la version du Reiki formulée par le Cdt Hayashi).

Monsieur Ogawa m’a indiqué : Selon des règles non écrites, vous ne pouvez parler à quiconque du Reiju. Aussi, malheureusement, je dois garder le silence et ne rien vous apprendre de plus sur ce sujet. Par contre, je peux vous dire qu’un groupe d’étudiants de Reiki se réunit régulièrement pour pratiquer le « Reiju-kaï », et que n’y sont admis qu’un nombre restreint de ceux qui ont acquis la maîtrise du Reiki. Ensuite, il est facile d’en être membre. Après une réunion pour pratiquer le Reiki en groupe, chaque mois, tout ce que vous avez à faire est de payer une somme modique (entre 500 et 1.000 Yens) à la Fondation pour recevoir le cours et être membre. Celui qui en a le désir peut participer à toutes les réunions de la Fondation et s’exercer chaque jour aux techniques du Reiki. Ainsi, il reçoit le Reiju régulièrement ce qui le rend apte à soigner les autres ; on ne peut le faire vraiment que si on est soi-même en excellente santé physique et psychique.

Seules trois personnes ont reçu le Reiki directement des mains de Mikao Usui : - M. Kainichi Taketomi, le second président de la clinique et de la Fondation Usui de Tokyo ; - M. Yoshiharu Watanabe, le troisième président ; - M. Hoichi Wanami, le quatrième président (ndt : un étudiant de Mikao Usui et du premier président M. Juzaburo Ushida). Je lui demandais alors : Quel est le contenu de l’enseignement du Shinpiden ?

M. Ogawa : Lorsque vous avez acquis le degré de maîtrise, vous avez la capacité de percevoir les zones du corps qui sont souffrantes, sans aucun appareil de mesure ou d’investigation scientifique et sans interroger le patient. Cette technique, le « byosen », est une habilité des mains à percevoir l’énergie du corps et donc l’état de santé du patient. Trois types de traitement sont donnés par les étudiants du niveau Shinpiden de Reiki : le premier est le traitement du système sanguin (« Ketsueki Kokan-Hô ») ; le second est le traitement des affections psychiques (« Seiheki Chiryo-Hô ») ; le troisième est le traitement à distance sur une photo ou en se concentrant sur le patient (« Enkaku Chiryo-Hô »).

M. Ogawa me fournit encore une information importante. La Fondation créée par Mikao Usui pour gérer sa clinique et perpétuer son œuvre existe encore de nos jours à Tokyo, bien que l’on ait dit qu’elle était disparue avec la guerre. Aussi, je tentais d’entrer en contact avec la sixième présidente de la Fondation depuis la mort de Mikao Usui. Elle m’indiqua qu’elle ne souhaitait pas répondre à une interview journalistique. Toutefois, j’étais comblée d’obtenir plusieurs scoops. La Fondation avait du déménager suite à la destruction de la clinique lors de l’agression des Américains contre le Japon. Certains des membres partirent de leur côté et fondèrent leurs propres écoles. Egalement, j’appris que Mikao Usui fut le secrétaire de Shinpei Goto.

Ce point est important. Les publicités sur le Reiki aux Etats Unis indiquent que Mikao Usui aurait été le président d’une école théologique chrétienne de Kyoto. Selon mes recherches, c’est faux : il n’y a aucune école de ce type à l’époque de Mikao Usui (ndt : la journaliste fait erreur) et aucune preuve qu’il aurait été chrétien.

Shinpei Goto est né en 1857, dans la préfecture d’Iwate. Après un diplôme de médecin de l’université de Fukushima, il travailla au Ministère de l’Intérieur, la division de la santé publique, dont il devint le chef en 1890. Durant la guerre de Manchourie (1894-1895), il devint le directeur du service de la mise en quarantaine des soldats, puis le chef du gouvernement militaire de Taiwan en 1898 et enfin le président des chemins de fer de Manchourie en 1906. Après des fonctions dans divers ministères comme ministre de la Poste, président de l’office des chemins de fers nippons, le secrétaire d’état puis le ministre des Affaires étrangères, il devint gouverneur de la ville de Tokyo en 1920. Il décède en 1929. On ne sait pas quand Usui fut son conseiller mais il est évident que cela a du l’aider d’être ainsi en contact avec des gens importants.

Toutefois, le mystère demeure. Si l’on additionne les diverses informations connues et établies sur M. Usui, on apprend qu’il a été un homme d’affaire et un salarié dans diverses fonctions mais on n’apprend rien sur le Reiki. On se demande bien pourquoi il s’est intéressé à la spiritualité. Aussi, il me semble utile de parler de la période à laquelle Mikao Usui a vécu.

De l’ère Meiji (1868-1912) au début de l’ère Showa (1926-1989), la plupart des vieilles autorités religieuses ont été éclipsées ; tandis que des leaders spirituels apparaissaient. Tennen Kuwabara et Morihei Tanaka, fondateur du Taireidô, étaient des spirites. Ils attirèrent les foules par leurs talents. Le maître spirituel Onisaburo Deguchi, et son « Omoto-kyô », et Mokichi Okada, et son « Sekai-kyusei-kyô », sont également des célébrités. Qui d’entre eux a été en relation directe ou indirecte avec Mikao Usui ? Tout est possible. Tanaka, né à Tajimi, a établi le quartier général de sa secte Tareido, près de la ville de Miyamacho où est né Mikao Usui. Il y développa une méthode semblable au Reiki, appelée « Reishijutsu », pour guérir et soigner. On dit que sa méthode permettait de deviner les zones malades du corps à la manière d’une radiographie aux rayons X. On se perd en conjectures mais il est difficile de croire que Mikao Usui ne se serait pas intéressé à Tanaka, un leader spirituel incontournable dans les années 1917. Cependant, on peut noter que Mikao Usui était plus libéral que Tanaka, impliqué dans le parti ultranationaliste et qui a formé bien des cadres de la marine nippone. A cette époque, les militaires et les politiques se sont largement tournés vers les leaders spirituels ; néanmoins, ceux de la marine avaient la réputation d’être plus libéraux et plus ouverts aux nombreuses informations venues de l’étranger avec lesquels ils avaient des contacts du fait de leur métier (ndt : Ushida et Taketomi, des successeurs de Mikao Usui après 1925, étaient des amiraux de la marine. Hayashi était un médecin à la retraite, au grade de marine militaire de commandant).

Quelle sorte de personne était Mikao Usui, que nous ne connaissons pas dans le détail ? Quelle est la vérité sur ce mystérieux degré de Shinpiden, à propos duquel les gens n’ont pas le droit de parler ?

Où pouvons-nous faire remonter la lignée spirituelle qui a influencé les traitements de Reiki ? Les recherches commencent tout juste. Je mets fin à mon enquête en attendant que des lecteurs nous en disent plus.

Article traduit en français par Pascal Treffainguy.
Copie autorisée avec mention de la source.

Sites Partenaires

Suivre Corinne Bouty

Inscription Infolettre